Les amis de Beatrice

forum pour jaser, se detendre et s'entraider
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'origine de notre bel accent Quebecois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Beatrice
Admin
avatar

Messages : 18510
Date d'inscription : 19/03/2010
Age : 62
Localisation : Monteregie

MessageSujet: L'origine de notre bel accent Quebecois   Lun 22 Mar - 12:37

L'origine de notre accent
Pourquoi le français au Québec est différent d'ailleurs.
Le français parlé au Québec est différent de tous les autres français du monde. Pourtant, il s'agit bien du français et non pas d'un d'un dialecte ou d'un patois.

Pourquoi le français québécois est-il donc différent de celui de la France ? La réponse, comme c'est souvent le cas, se cache dans le passé. Plusieurs témoignages confirment que, dès la fin du 17e siècle, tout le monde en Nouvelle-France s'exprime en français. Or, en France à la même époque, les patois sont encore très nombreux. En effet, deux Français sur cinq ne comprennent ni ne parlent le français ! Seulement un Français sur cinq en a une connaissance active. En 1698, le sieur de Bacqueville, alors contrôleur général de la marine en visite à Québec, écrit « on y parle ici parfaitement bien sans aucun accent, on ne saurait distinguer le parler d'aucune province dans celui de la canadienne. » Un navigateur fut tout étonné que tous ici, même les paysans, parlent un français comparable à celui de la cour du roi ! L'usage du français a donc été généralisé ici avant de l'être en France. Ce fait vous étonne hein??? hihi

On doit ce fait principalement à deux facteurs. Tout d'abord, les colons qui viennent peupler la Nouvelle-France sont originaires de différentes provinces françaises et chacun parle donc son patois maternel. Or, une fois ici, ils se retrouvent souvent avec un voisin qui parle un patois différent du leur, d'où la nécessité d'une langue commune. On aurait choisi la plus prestigieuse, celle du roi, le « françois ». Deuxièmement, on remarque que les femmes ont joué un rôle de première importance dans ce phénomène puisque ce sont elles qui apprennent la langue à leurs enfants. Or, des études prouvent que la grande majorité de celles-ci connaissaient, au moins partiellement, le français.

C'est ainsi que la Nouvelle-France parlera le français de la cour du roi, et non pas celui des philosophes et des écrivains. C'est dans ce français royal de l'Île-de-France que le français québécois prend plusieurs de ses particularités, tels que l'usage de « y » au lieu du « lui » (J'y ai donné l'argent que j'y dois) ou encore la variante « assisez-vous » au lieu de « asseyez-vous ». C'est également du français royal que proviennent les fameux « moé » et « toé ». Puisque la majorité des colons venaient de la Normandie, on retrouve également dans le français québécois plusieurs particularités du parler normand comme le fameux « -eux » en fin de mots comme dans « siffleux, robineux, seineux, têteux, niaiseux, ostineux ou senteux ». (Tous plus flatteurs les uns que les autres) ;-).

Notons que le français de la Nouvelle-France a incorporé une importante quantité de termes empruntés aux langues amérindiennes (calumet, achigan, ouananiche, masquinongé, carcajou, etc.) et au vocabulaire maritime (embarquer, virer, baliser, mouiller).

Après la conquête britannique de 1759, le Québec se retrouve isolé de la mère-patrie. Plusieurs voyageurs dénoteront le caractère anglicisant et archaïsant du français d'ici, surtout dans les journaux et dans le domaine du droit. Ce qu'il faut comprendre, c'est que depuis la Révolution de 1789, la France a changé de norme. Ce n'est effectivement plus le français du roi qui y est vu comme prestigieux, mais bien celui de la bourgeoisie. Or, ce changement de norme ne se produit pas ici, et c'est toujours le français royal qui continue d'évoluer.

Aujourd'hui, le français québécois est écrit, chanté et célébré. Larousse lui a même consacré un dictionnaire. Mais il s'en trouve encore, malheureusement, qui se complaisent à l'associer à un soi-disant manque d'éducation et qui lui préfèrent une espèce de « français international» sans odeur et sans âme...
Revenir en haut Aller en bas
http://lesamisdebeatrice.forumg.biz
 
L'origine de notre bel accent Quebecois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» orthophonie et accent étranger
» origine du nom FEUILLOLEY
» Personnalités d'origine Normande
» 1066-1135. L'idée de Chevalerie est d'origine Normande.
» fichage par couleur de peau et origine ethnique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les amis de Beatrice :: Langue du Quebec :: La Parlure Quebecoise-
Sauter vers: